Kuching est devenue ma seconde ville de résidence, « my second home » ou MH2 comme on dit ici.

kuching-fort-72dpi

C’est une belle ville qui offre des trottoirs adaptés à la flanerie, des quais piètonniers bordant sa rivière où nous avons vu les plus beaux couchers de soleil de Malaisie, des quartiers populaires, des musées à la qualité inégalée en Malaisie, de belles batisses de l’époque des Rajas Blancs et un marché du week-end parmi nos favoris. 
C’est aussi le point de départ idéal pour découvrir Bornéo, et en plus vous ne croiserez pas de français avec leur Guide du Routard à la main, ils ne parlent même pas de Bornéo (sauf peut être dans la toute dernière édition). 
Pas besoin de monter une expédition ni de parcourir des centaines de kilomètres dans la jungle moite de Bornéo pour ressentir le frisson de l’aventure et regarder dans le blanc des yeux nos cousins les primates. La région est idéale pour une découverte de la faune et de la flore tropicale en famille, même avec des tous petits. Alors embarquons

Où dormir

Fairview guesthouse, un séjour à Kuching, comme chez des amis

Idéal pour les petits budgets et pour les séjours en famille avec des enfants, la Fairview Guesthouse est une maison d’hôte comme il en existe trop peu en Malaisie. Les gestionnaires Annie et Eric (100% Kuchingais) vous reçoivent aux petites oignons. Plus d’info sur la Fiche Fairview (bientot) + site web 

Où manger à Kuching ?

Si vous aimez les fruits de mer et les poissons, vous aimerez TOPSPOT, un « food-court » installé sur le toit d’un parking, en face le centre commercial Tun Jugah et du Holiday Inn. L’ambiance est très sympa avec des familles ou des groupes d’amis qui viennent y dîner. On choisi son plat cru sur les étals et on commande le type de cuisson. Ou alors on se laisse guider. Ne succombez pas trop facilement à l’appel de la langouste : les crevettes sont bien meilleures et moins chères. Par contre demander à ce qu’ils enlèvent la tête et la peau avant de les cuisiner sinon on s’en met plein les doigts. A goûter absolument les fougères sautées, délicieux légumes qui constituent une spécialité locale (vendues en bouquet). 

Que faire à Kuching

1-    Marcher et découvrir la ville à pied. Les trottoirs sont ici prévus pour les piétons, ils sont très propres et en parfait état. Pas besoin de regarder ses pieds pour éviter une racine, un égout défoncé ou une crotte de chien. Gardez la tête haute et profitez de l’architecture variée du centre ville. Des beaux monuments érigés pour la plupart lors de l’administration de Charles Brookes (le deuxième Raja Blanc de Sarawak) aux « shophouse » chinoises bariolées des rues commerçantes, en passant par les quais de la rivière Sarawak, prenez le temps de flâner. Pour une flânerie culturelle procurez vous le guide du Kuching patrimonial (Kuching Heritage trails, The Brooke Legacy, self guided tours, publié par Sarawak Heritage Society) pour 3 RM, soit à l’Office de Tourisme, soit à la gallerie RamsayOng, Main Bazzar.

2-    Aller au Musée. Pendant les heures (les plus) chaudes il peut être intéressant de visiter un des nombreux musées de la ville. Commencer par le Musée National, qui présente à l’étage des objets et des photos sur les traditions et coutumes des principaux groupes Dayaks de Sarawak. Ne loupez pas la petite vitrine dans une des galeries latérales sur les piercings péniens des Kenyah, cela vaut le détour (âmes sensibles s’abstenir). Ce n’est pas à Kuala que vous pourrez voir cela. Le musée est gratuit et ouvert tous les jours de 9h à 17h. De l’autre côté de l’avenue une passerelle vous conduit dans la nouvelle aile du musée qui accueille des expositions temporaires.

  • Le Musée du textile, dans le bâtiment appelé Pavillion en face la grande poste, fait partie du Musée national. Il a été récemment créé et conjugue le plaisir de pénétrer dans un beau bâtiment historique au plaisir des yeux. Les tissus et costumes ethniques sont plutôt bien mis en valeur et les panneaux d’explication plutôt bien faits. A ne pas manquer.

  • Un autre musée que vous ne manquerez pas de voir si vous vous promenez sur les quais est celui créé par les associations de Chinois. Il regroupe des éléments de l’histoire de l’immigration chinoise avec des photos et biographie des grands notables chinois qui ont contribué à l’essor de Kuching. Panneaux intéressants sur les différents clans et les métiers qu’ils ont apportés au Sarawak.

  • tun-jugah-workshop-galleryPour les amoureux de la culture Iban et en particulier des Pua Kumbus (textiles Ibans) surtout ne pas manquer le musée privé de la fondation Tun Jugah. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les Ibans et qui sont sensibles à l’art, vous repartirez sans aucun doute subjugués par la qualité et la beauté des Pua Kumbu exposés au Musée. Le bâtiment de la fondation accueille également des femmes Ibans, qui confectionnent des Pua Kumbus dans une salle attenante au Musée. Il est possible de les regarder et discuter avec elles si on maîtrise le malais ou la langue Iban. Les textiles sont vendus directement par les femmes (paiement uniquement par cash). Beaux Pua à partir de 500 RM.

3-    Aller au Marché du week-end (du Samedi à 15h au dimanche midi.)

Parce que c’est un des plus beau et propre marché de Malaisie et parce que l’ambiance y est très agréable. Les étals de piments et de légumes présentés dans des petites assiettes sont de toute beauté. Ne pas manquer la foison des étals de poissons qui sentent le frais. Les vendeurs sont souriants, les étals sont propres, bref le marché est à l’image de Kuching. 

4-    faire une ballade sur la rivière

Parce que les rives sont belles, on y croise des pêcheurs et que le bateau du « sun-set » rentre pil-poil pour le coucher du soleil. Le plus beau de Malaisie. Par contre les tarifs sont un peu élevés pour la prestation (60 RM/adulte, 30 RM enfants, inclus faux jus d’orange, + gaufrette sans goût).

Des visites à ne pas manquer  à l’extérieur de Kuching:

 Le parc National de BAKO, 37 km au nord-est de Kuching

Ce parc crée en 1957, couvre 2727 hectares en bordure de la péninsule de Muara Tebas. C’est un des plus petits parcs de Sarawak mais il est considéré comme un des plus intéressant pour observer la faune et la flore de Bornéo. Géré par l’Office des forêts du Sarawak (Sarawak Forestry), on y a recensé plus de 7 éco-systèmes différents : mangrove, bords de mer, forêt de falaise, forêt de diptérocarpes, marais, prairie et  possède l’avantage de conjuguer randonnées dans la jungle et baignades, soit en eau douce soit dans la mer de Chine.

Le Parc offre des randonnées balisées et entretenues, de durées et de difficultés suffisamment variées pour répondre aux différents ages, conditions physiques, passions pour la nature et durées de séjour des visiteurs. Compter une journée minimum de visite, à commencer le plus tôt à cause de la chaleur, pour pleinement profiter du site et prendre le temps de la baignade. 
Parc de logements intégrés au site, le prix variant en fonction du niveau de confort ou du nombre de lits. Voir fiche Bako.

Le cultural village, Santubong (40km) : parce que le lieu est aussi enchanteur, que les maisons reconstituées sont belles, vous apprendrez sur la culture des différents groupes ethniques du Sarawak et les enfants adorent. Possibilité de loger dans les longhouses : site web 

Si vous avez le temps passez une nuit dans un des chalet perchés de Permai Rainforest Resort, à 10mn à pied du Cultural Village. Vous êtes immergés dans la jungle et vous avez de belles plages rien que pour vous (les petites dans le resort). Par contre le service de réservation laisse à désirer (insistez) et des efforts considérables reste à faire sur la restauration. http://www.permairainforest.com/

Semengoh, le centre de rehabilitation des orangs outans  (à 30 mn en voiture de Kuching), gèré par l’Office des forêts du Sarawak : visite le matin à 9h at 15h (il fait chaud) pendant le nourrissage des orangs outans qui ont été remis en liberté mais dont une partie aime revenir au centre pour se gaver de bons fruits sans efforts. Regarder ces grands primates se balancer avec agilité et descendre des arbres est un spectacle dont je ne me lasse pas. Oubliez les groupes de touristes qui en général ne s’éternisent pas et restez un peu après la foule. Site web 

Ecrit par Catherine Bossis, juin 2008

Toute reproduction partielle ou totale pour des fins lucratives est interdite